Dans une lettre ouverte adressée aux responsables de la santé publique, aux médecins et aux professionnels de la santé, des experts médicaux de renom se sont réunis pour faire une déclaration soulignant fermement les bienfaits de la vitamine D pour la fonction immunitaire et la santé en général pendant la pandémie mondiale.1

La lettre en question s'inscrit dans la foulée d'une affaire similaire parue dans un éditorial à Medpage Today, le 5 janvier 2021, par l'ancien chirurgien général américain, le Dr Richard H. Carmona, qui a exhorté les médecins à prendre leurs responsabilités et à ne pas « attendre de preuves irréfutables pour prendre des décisions lorsqu'il s'agit d'une question de vie ou de mort.2 Compte tenu du profil d'innocuité de la vitamine D, de la prévalence de la carence en celle-ci aux États-Unis, qui touche 40 % de la population,3 et du fait que cette saison sera probablement la phase la plus meurtrière de la pandémie à ce jour », le Dr Carmona a exhorté les médecins à « agir immédiatement, en identifiant et en éliminant la carence en vitamine D à l'aide d'une supplémentation précoce et agressive. »  

Le consensus parmi les chercheurs et les médecins sensibilisés aux bienfaits et à l'innocuité de la supplémentation en vitamine D3 est évident, l'atteinte d'un statut adéquat en vitamine D devrait être l'une des plus hautes priorités de notre système de santé publique.1,2,4

Que disent les recherches sur la relation en la vitamine D et la fonction immunitaire ?

Les bienfaits de la vitamine D3 pour la santé vont au-delà des os et des dents. Elle est particulièrement essentielle à la fonction immunitaire, notamment pour la prévention des infections respiratoires d'origine virale. Plusieurs preuves scientifiques démontrent que des taux sanguins élevés de vitamine D3, ainsi qu'une supplémentation en cette dernière, sont directement corrélés à une réduction du taux d'apparition des infections des voies respiratoires dues à des virus.5-7

Dans une analyse détaillée parue dans l'une des sources les plus crédibles au monde, à savoir le British Medical Journal, les chercheurs ont évalué les résultats de 25 essais cliniques contrôlés randomisés comptabilisant un total de 11 321 participants, dont les âges vont de la petite enfance à plus de 80 ans. Les résultats ont montré que la supplémentation en vitamine D a entraîné une baisse de 70 % des infections des voies respiratoires chez les personnes dont les niveaux initiaux de vitamine D étaient bas. Sans oublier que même les participants sans carence en vitamine D ont connu une baisse de 25 % des infections des voies respiratoires.6

Quelles sont les personnes les plus à risque de carence en vitamine D ?

La carence en vitamine D pourrait être le problème de santé le plus répandu dans le monde, car cette vitamine est rare dans les aliments. Cela dit, notre corps peut la composer lorsque la lumière du soleil frappe la peau et ce, en transformant le composé (7-déhydrocholestérol) de la zone exposée du derme en vitamine D3.

La carence en vitamine D est courante parce que la plupart d'entre nous passent la plupart de leurs journées à l'intérieur, ou sont recouverts de vêtements ou d'un écran solaire à l'extérieur. Résider à une latitude élevée (moins d'exposition au soleil) ; le vieillissement (la peau âgée est moins sensible à la lumière du soleil) ; la peau foncée (la mélanine réduit les effets des rayons ultraviolets sur le derme) ; ainsi que l'obésité, les troubles hépatiques et le diabète de type 2 sont tous des facteurs qui limitent la conversion de la D3 en 25-OH-D3 plus active par le foie.

La carence en vitamine D3 est diagnostiquée en ayant un taux sanguin de 25-OH-D3 inférieur à < 20 ng/ml. Toutefois, les niveaux adéquats de vitamine D dépassent les 30 ng/ml, et les niveaux optimaux se situent entre 50 et 80 ng/ml.

Tableau 1 - Statistiques troublantes sur la carence en vitamine D3 aux États-Unis

70 % de la population ont des taux de vitamine D insuffisants (taux sanguins inférieurs à 30 ng/ml)

50 % de la population souffre de carence en vitamine D (taux sanguins inférieurs à 25 ng/ml)

60 % des patients des hôpitaux présentent une carence en vitamine D

76 % des femmes enceintes souffrent d'une carence grave en vitamine D

80 % des patients des maisons de retraite ont des niveaux de vitamine D insuffisants

Pourquoi agir dans l'urgence maintenant ?

Des études récentes ont démontré une corrélation entre la hausse des taux de mortalité due à une infection respiratoire virale est les niveaux bas de vitamine D3. Une étude a révélé que le taux de mortalité due à une infection respiratoire virale était de près de 100 % lorsque les niveaux de vitamine D étaient inférieurs à 19 ng/ml, tandis que lorsque ces derniers étaient de 34 ng/ml, le taux passe à 0 %.8 Lors d'une autre étude dans un hôpital en Belgique, la probabilité de décès d'une infection respiratoire virale était multipliée par 3,7 pour les patients admis avec un taux sanguin de vitamine D inférieur à 20 ng/ml.9 

Tandis qu'une recherche sur ClinicalTrials.gov montre que près de 40 essais cliniques en cours dans le monde portent sur la relation entre la vitamine D3 et les infections des voies respiratoires, les chercheurs et les experts exhortent les gouvernements, les responsables de la santé publique et les médecins à commencer à recommander la vitamine D pour tous et ce, en raison des bienfaits potentiels et du profil d'innocuité de la supplémentation en vitamine D3.

Ce qu’il faut retenir

Les personnes ayant un taux bas de vitamine D3 devraient en prendre des suppléments en ce moment, le risque est trop grand pour ne pas le faire. Les 200 experts qui ont appelé à une supplémentation généralisée ont recommandé ce qui suit :

  • Des tests des taux sanguins de 25-OH-D3 pour déterminer au mieux le statut et la fourchette de dosage pour la supplémentation.
  • Les adultes qui ne prennent actuellement pas de vitamine D3 ou ceux dont le taux sanguin de 25-OH-D3 est inférieur à 30 ng/ml devraient prendre 10 000 UI (250 mcg) par jour pendant 2 à 3 semaines.
  • Après cette dose de charge, les adultes en question devraient passer à une dose de 4 000 UI (100 mcg) par jour. Ce dosage est universellement considéré comme étant sûr.9
  • Les adultes présentant un risque accru de carence parce qu'ils sont obèses, parce qu'ils ont la peau foncée ou parce qu'ils vivent dans des maisons de retraite peuvent avoir besoin d'un apport quotidien plus élevé, à savoir 8 000 UI. Le test est préférable pour déterminer le dosage.

Références :

  1. https://vitamindforall.org/letter.html
  2. https://www.medpagetoday.com/infectiousdisease/covid19/90530
  3. https://vitamindforall.org/Carmona_letter_preamble.pdf
  4. Parva NR, Tadepalli S, Singh P, et al. Prevalence of Vitamin D Deficiency and Associated Risk Factors in the US Population (2011-2012). Cureus. 2018 Jun 5;10(6):e2741.
  5. Pham H, Rahman A, Majidi A, Waterhouse M, Neale RE. Acute Respiratory Tract Infection and 25-Hydroxyvitamin D Concentration: A Systematic Review and Meta-Analysis. Int J Environ Res Public Health. 2019;16(17):3020. Publié le 21 aout 2019. doi:10.3390/ijerph16173020
  6. Martineau Adrian R, Jolliffe David A, Hooper Richard L, Greenberg Lauren, Aloia John F, Bergman Peter et al. Vitamin D supplementation to prevent acute respiratory tract infections: systematic review and meta-analysis of individual participant data BMJ 2017; 356 :i6583
  7. Ginde AA, Blatchford P, Breese K, et al. High-Dose Monthly Vitamin D for Prevention of Acute Respiratory Infection in Older Long-Term Care Residents: A Randomized Clinical Trial. J Am Geriatr Soc. 2017;65(3):496-503. doi:10.1111/jgs.14679
  8. https://emerginnova.com/patterns-of-covid19-mortality-and-vitamin-d-an-indonesian-study/
  9. De Smet D, De Smet K, Herroelen P, Gryspeerdt S, Martens GA. Serum 25(OH)D Level on Hospital Admission Associated With COVID-19 Stage and Mortality. Am J Clin Pathol. 2021 Feb 11;155(3):381-388.